2 – 11 août 2019, MONTRÉALAchetez des billets
X
EN FR
Home   Nouvelles   Alexandre Barrette : comme un enfant dans un magasin de bonbons

Alexandre Barrette : comme un enfant dans un magasin de bonbons

08 Août 2018
Écrit par: Tennis Canada
Écrit par: Tennis Canada
Classé sous:

Si vous avez la chance de croiser Alexandre Barrette au Stade IGA pendant la Coupe Rogers, prenez bien le temps de regarder ses yeux ; vous y verrez probablement des étoiles.

Le porte-parole de l’édition 2018 du tournoi a l’air d’un enfant dans un magasin de bonbons lorsqu’il parle de sa passion pour le tennis et de ses nouvelles responsabilités en tant que visage de l’événement.

« Je ne sais pas si le mot “supplier” est un peu fort, mais j’ai tout le temps signifié mon intérêt à Valérie [Tétrault, gestionnaire des communications chez Tennis Canada], même chose quand j’avais l’occasion de croiser Eugène [Lapierre] ou n’importe qui qui a un peu de pouvoir dans le tennis », a révélé l’humoriste de 36 ans. « J’ai souvent manifesté mon intérêt, je pense que ce n’est pas un secret très bien gardé que j’aime le tennis et que j’aime la Coupe Rogers. Je me disais qu’un jour mon nom serait éventuellement dans la liste, et quand Valérie m’a fait part de la nouvelle cette année, j’étais vraiment très heureux. »

Originaire de Québec, Alexandre se souvient encore de ses premières présences à la Coupe Rogers, qui était autrefois présentée au Stade du Maurier (aujourd’hui le Stade IGA).

« C’est un grand événement pour moi depuis que je suis jeune », a-t-il déclaré. « C’est sûr qu’à sept ans, je ne rêvais pas encore de devenir porte-parole ; je pensais plutôt à devenir un joueur. À ma première présence, à huit ou neuf ans, ça s’appelait encore la Coupe du Maurier. Ça m’avait tellement impressionné quand mon père m’avait amené passer un week-end ici. À l’époque, il y avait Michael Stich, il y avait encore [Ivan] Lendl sur le circuit, Jason Stoltenberg… des vieux noms. J’ai aussi vu [Andre] Agassi souvent, j’ai suivi les Québécois, les Québécoises, les Canadiens. »

« Pour vous donner une idée, je me souviens d’être entré dans la boutique La clé de sol un jour, je magasinais sûrement une télé, et je vois que Simon Larose mène 4-0 contre Agassi. Je suis resté là pendant tout le match. Le vendeur voulait que je parte, mais je ne voulais pas aller dans ma voiture et potentiellement rater le reste du match. »

Agassi occupe manifestement une place de choix dans le cœur d’Alexandre Barrette, mais ce dernier assure qu’il n’a pas de préféré parmi les joueurs de l’ATP et de la WTA, dans le sens où il voue à tous et à toutes le même niveau d’adoration. En plus d’assister à la Coupe Rogers lorsqu’il était plus jeune, il était depuis quelques années appelé à participer à divers matchs des célébrités et autres activités dans le cadre du tournoi.

« J’ai eu la chance de frapper des balles avec Diego Schwartzman, pour qui j’ai beaucoup d’admiration puisqu’il est tellement petit et qu’aujourd’hui les joueurs et les joueuses ont des physiques très imposants », a mentionné l’animateur de Taxi payant. « […] Tous les joueurs de tennis m’impressionnent. Même quand je vais voir sur les terrains d’entraînement, même quand ce sont des joueurs ou des joueuses que je connais moins, ce sport me fascine. C’est l’élite mondiale du domaine que j’aime le plus sur Terre. Donc ils m’impressionnent pas mal tous. »

Avec un niveau d’enthousiasme aussi élevé, dur de croire qu’Alexandre Barrette pourra un jour faire mieux que ce rêve de longue date qu’il réalise cette semaine.

Mais ce serait mal le connaître.

« J’adorerais qu’on instaure une nouvelle formule de matchs des célébrités avec des artistes qui savent jouer au tennis, dont moi, et que l’on passe un peu plus de temps avec les joueuses », a-t-il suggéré. « En même temps, je comprends que les athlètes n’ont pas non plus toute la journée, mais Gino Chouinard est un bon joueur de tennis, Jean-Thomas Jobin, Marianna Mazza, Louis Morissette, Sarah-Jeanne Labrosse… j’aimerais voir une formule qui ne monopoliserait pas nécessairement trop les joueurs du circuit, mais qui serait un genre de mini-tournoi jumelé avec d’anciens pros comme Valérie — pour assurer un niveau de tennis — ou des juniors. Par exemple, on pourrait avoir un match avec Leyla Annie Fernandez et moi, contre Jean-Thomas Jobin et Charlotte Robillard-Millette. »

« Bref, tant que je fais partie de l’équation, c’est tout ce qui compte. »

Qui sait ; après avoir porté le chapeau d’artiste invité aux matchs des célébrités et maintenant celui de porte-parole, un poste de cadre pourrait peut-être l’attendre l’an prochain…