3-12 août 2018, MONTRÉALAchetez des billets
X
EN FR
Accueil   Nouvelles   La relève de la garde : Les jeunes ont dominé les Grands Chelems en 2017

La relève de la garde : Les jeunes ont dominé les Grands Chelems en 2017

11 Sep 2017
Écrit par: Tennis Canada
Écrit par: Tennis Canada
Classé sous:

Au début de la saison 2017, Serena Williams, 35 ans, a récolté son 23e titre de Grands Chelems aux Internationaux d’Australie. En finale, elle se mesurait à sa sœur Venus, âgée de 36 ans.

Du côté masculin, Rger Federer, 35 ans, a eu raison de Rafael Nadal, 30 ans, pour mettre la main sur son 18e trophée de Grands Chelems et sur son premier depuis 2012.

Alors que Federer et Nadal terminent l’année 2017 avec deux couronnes de Grands Chelems en poche, une nouvelle vague déferle sur le tennis féminin. En effet, la jeune génération a connu une percée à la WTA — la gagnante de la Coupe Rogers Elina Svitolina, 22 ans, mène le circuit avec cinq titres — et trois des quatre championnes des Grands Chelems étaient âgées de moins de 24 ans.

En juin, Jelena Ostapenko a célébré son 20e anniversaire de naissance et la conquête de son premier Grand Chelem à Roland-Garros. Menée par une manche et un bris contre Simona Halep, qui tentait aussi de conquérir son premier grand titre et accéder au sommet du classement, Ostapenko est revenue à la charge dans un match qui a pris tout le monde par surprise. Ostapenko est devenue la première joueuse de l’histoire à remporter son premier titre professionnel dans le cadre d’une épreuve du Grand Chelem. Elle est aussi devenue la plus jeune championne d’un Grand Chelem depuis le triomphe de Maria Sharapova (17 ans) à Wimbledon, en 2004.

En parlant de Wimbledon Garbiñe Muguruza, 23 ans, a ajouté un deuxième trophée de Grands Chelems à sa collection au All England Club. Ce qui est remarquable est la façon dont elle s’est vite remise de sa défaite prématurée au quatrième tour de Roland-Garros où elle était la championne en titre. Après avoir été éclipsée du Top 15 et avoir subi un revers de 6-1 et 6-0 aux mains de Barbora Strycova à Eastbourne, elle a retrouvé le chemin de la victoire en battant Venus Williams 7-5 et 6-0 en finale, à Wimbledon.

Depuis, Muguruza a été demi-finaliste à Stanford, quart de finaliste à la Coupe Rogers et championne à Cincinnati en plus de devenir la numéro un mondiale aux Internationaux des États-Unis.

La fin de la saison 2017 des Grands Chelems a été celle des retours au jeu.

Au début du mois d’août, Sloane Stevens occupait le 957e rang mondial et revenait au jeu après une absence de 11 mois en raison d’une blessure au pied. À Wimbledon, son premier tournoi de l’année, elle a été éliminée d’entrée et a subi le même sort à Washington. Elle a toutefois atteint la finale du double avec Eugenie Bouchard.

Un tout autre scénario s’est déroulé à Toronto pour l’Américaine de 24 ans. En effet, contre toutes attentes, Stephens a atteint le carré d’as grâce à des gains aux dépens de Petra Kvitova, Angelique Kerber et Lucie Safarova. La semaine suivante, elle était aussi de la demi-finale de Cincinnati.

Considérée comme étant une menace obscure aux Internationaux des États-Unis, Stephens n’a pas déçu. Elle a eu raison de cinq rivales du Top 30 avant d’empocher son premier titre d’un Grand Chelem. À l’instar d’Ostapenko, Stephens participait à sa première grande finale lors de laquelle elle a dominé sa compatriote Madison Keys, 23 ans, par 6-3 et 6-0 en une heure.

En un mois, Stephens est passée du 957e au 17e échelon des classements de la WTA.

Les jeunes joueuses ne s’illustrent pas seulement dans les Grands Chelems. En effet, Svitolina (22) et Muguruza (23) ont dominé les quatre tournois Premier 5 de la WTA — Dubaï, Rome, Toronto, Cincinnati — disputés jusqu’à maintenant.

Les adolescents font également des vagues. En avril, Daria Kasatkina et Ostapenko — âgées de 19 ans à ce moment-là — nt pris art à la première finale d’adolescentes depuis 2009 lors de l’Open Volvo Car, à Charleston. Quatre adolescentes font partie du Top 100, Catherine « CiCi » Bellis, 18 ans, menant le groupe en vertu de son 42e rang. Les étoiles montantes comme la Canadienne Bianca Andreescu (17 ans) se démarquent également.

L’avenir du tennis féminin est arrivé et nous apporte des moments épatants.