Cox: L’ATP imprévisible sur la terre battue

jeudi, 25 Avr

Andy Roddick n’est peut-être pas présent au tennis ces temps-ci, mais cela ne veut pas dire qu’il n’a rien à dire sur ce sport.

Dans une entrevue fascinante avec The Tennis Podcast, Roddick a déclaré que même si le débat se poursuit sur l’utilisation du jeu décisif à la cinquième manche des tournois du Grand Chelem, il croit que le tennis pourrait devoir aller encore plus loin pour préserver la longévité de ses meilleurs joueurs.

Roddick a aussi offert son opinion sur l’adoption des matchs disputés au meilleur de trois manches dans les tournois du Grand Chelem.

« Je ne dirais pas que nous ne devrions jamais le faire », mentionnait Roddick. « Au cours des cinq dernières années, il a été prouvé que lorsque nos icônes du tennis — Rafa, Roger, Serena, Venus — jouent plus longtemps, mieux se porte le sport. »

« Combien de temps Roger serait-il encore capable de jouer si c’était des trois manches ? Je pense que c’est une discussion qui devrait avoir lieu, car je crois qu’il est important de garder nos vedettes dans le sport le plus longtemps possible. »

Roddick, qui a remporté 32 titres et s’est élevé au sommet du classement en 2003 et en 2004, a également donné son avis sur les possibilités que Novak Djokovic (15 Grands Chelems) ou Rafael Nadal (16 Grands Chelems) puissent encore rattraper Roger Federer et ses 20 sacres en Grands Chelems.

« Je ne serais pas surpris que l’un des deux soit en tête quand ils auront tous pris leur retraite », mentionnait-il.

Photo: Aaron Gilbert/Icon Sportswire

David Ferrer prévoit accrocher sa raquette après le Masters de Madrid le mois prochain après une carrière au cours de laquelle l’Espagnol de 37 ans a été le joueur le plus coriace sur le circuit durant de nombreuses années.

Ferrer, qui participe à l’épreuve de Barcelone cette semaine, compte 27 couronnes, mais n’a jamais réussi à se détacher du quatuor Federer-Nadal-Djokovic-Andy Murray pour conquérir un Grand Chelem. C’est en 2013 qu’il est passé le plus près en accédant à la finale de Roland-Garros où il s’est incliné contre… Nadal, en trois manches.

Ferrer se joint ainsi à son compatriote Nicolas Almagro, qui s’est officiellement retiré la semaine passée après le tournoi de Murcie, en Espagne.

Il espère devenir le prochain capitaine de l’équipe espagnole de la Coupe Davis.

« Je serais très fier d’être le capitaine de la Coupe Davis », confiait Ferrer. « Je comprends aussi que c’est très loin et que plusieurs joueurs sont devant moi. Je dois tout d’abord suivre une formation professionnelle d’entraîneur. »

Le nouveau format de la Coupe Davis pourrait attirer une variété de nouveaux capitaines. Un peu plus tôt cette année, les États-Unis ont annoncé que Mardy Fish, qui semblait initialement vouloir se concentrer sur le golf professionnel après sa retraite de l’ATP Tour en 2015, allait succéder à Jim Courier à la barre de l’équipe américaine de la Coupe Davis.

Kevin Anderson, finaliste à Wimbledon l’an dernier, ratera la saison sur terre battue en raison de problèmes au coude. Le dernier tournoi d’Anderson, 6e mondial, était l’Open de Miami et il n’a disputé que dix matchs cette saison.

Anderson n’a pas obtenu ses meilleurs résultats sur l’argile, c’est donc une bonne période pour prendre du repos et se soigner. Il a atteint le quatrième tour de Roland-Garros à quatre reprises.

« Après avoir discuté avec mes médecins et mon équipe, nous avons décidé que la meilleure chose à faire était de me reposer et de faire de la réhabilitation pour mon coude pour encore quelques semaines », a-t-il dit.

L’été dernier, Anderson était demi-finaliste à la Coupe Rogers de Toronto, s’inclinant aux mains de Stefano Tsitsipas. Il a été quart de finaliste trois fois au tournoi canadien.

Le Sud-Africain de 32 ans a sans doute fait le plus de vagues l’an dernier à Wimbledon alors qu’il éliminait John Isner 26-24 à la cinquième manche. Cette année, pour la première fois, le All-England Club adoptera le jeu décisif lorsque le pointage sera de 12-12 à la cinquième manche chez les hommes et à la troisième chez les femmes.

La saison de tennis qui a produit son lot de surprises au cours des quatre premiers mois est devenue encore plus imprévisible à Monte-Carlo.

Il s’agissait d’un tableau relevé avec la présence de Djokovic, Nadal, Alexander Zverev et Dominic Thiem. C’est toutefois Fabio Fognini qui est sorti vainqueur sur la terre battue rouge, battant Dusan Lajovic en finale. Fognini, qui est âgé de 31 ans, est devenu le 22e gagnant en 23 tournois masculins cette année et Monte-Carlo est sans contredit le plus important titre de sa carrière.

Mais à la fin, les conversations portaient moins sur le triomphe de Fognini que sur les performances déconcertantes de Djokovic et de Nadal.

Toute la saison de Djokovic a été pour le moins énigmatique jusqu’à présent. Il a été couronné champion des Internationaux d’Australie, ce qui faisait de lui le champion en titre des trois derniers tournois du Grand Chelem. Cependant, par la suite, il n’a pas réussi à atteindre le carré d’as de trois épreuves, notamment à Indian Wells, Miami et Monte-Carlo. Dans la Principauté de Monaco, il a été éliminé en quart de finale par Daniil Medvedev, qui n’avait jamais vaincu le Serbe ou même affronté un numéro un mondial.

Cette fois, le Russe est parvenu à s’imposer en reportant la troisième manche 6-2. Djokovic n’était plus dans la course à la fin du match.

Comme cela a été le cas dans le passé, Djokovic semblait éprouver des difficultés de concentration.

« Il me manque la détermination d’y aller pour mes coups dans certaines situations », avait-il admis à la suite de sa défaite face à Medvedev.

Nadal, quant à lui, a perdu contre Fognini en demi-finale, mettant fin à une séquence victorieuse de 25 manches consécutives à Monte-Carlo. À l’instar du duel Djokovic-Medvedev, le fait étrange est que Nadal a été pulvérisé au troisième acte alors qu’on s’attendait à ce qu’il soit à son meilleur niveau. En fait, il était mené 5-0, 40-0 par Fognini avant de remporter deux jeux et d’éviter la roue de bicyclette.

« J’ai probablement joué mon pire match sur terre battue en 14 ans », commentait Nadal après sa première défaite à Monte-Carlo depuis 2015. « J’ai mal joué contre un très bon joueur. Je méritais de perdre. »

Il n’y a pas encore eu de joueur dominant cette année. Nous allons maintenant voir si Djokovic ou Nadal peuvent prendre un élan pour le reste de la saison sur l’argile.

Les ennuis de Justin Gimelstob ont maintenant atterri dans la cour de l’ATP.

Lundi, Gimelstob, 42 ans, n’a pas contesté les accusations d’agression à Los Angeles et a été condamné à trois ans de probation et à 60 jours de travaux communautaires. Gimelstob devra également assister à des séances de gestion de la colère et le juge l’a averti de ne pas nier publiquement sa culpabilité.

C’est maintenant à l’ATP de décider comment elle veut procéder. Gimelstob, qui est l’un des trois représentants des joueurs au conseil de l’ATP, exerce beaucoup d’influence sur le circuit masculin. Il a également travaillé comme entraîneur et est un commentateur à la télévision.

« Nous avons décidé de laisser le processus judiciaire suivre son cours avant de nous prononcer sur l’avenir de (Gimelstob) », a déclaré l’ATP dans un communiqué. « Ce processus étant terminé, le conseil d’administration et le conseil des joueurs doivent maintenant se pencher sur cette question. »

L’élection pour le siège qu’occupe Gimelstob depuis 2008 se déroulera comme prévu le 14 mai. Le conseil des joueurs, dont Djokovic est le président, pourrait destituer Gimelstob, mais aurait besoin de six de ses dix membres pour voter en faveur de cette mesure.

Le Canadien Vasek Pospisil, qui est membre du conseil des joueurs, a déclaré que le conseil serait « chanceux » si Gimelstob continuait d’occuper son poste.

« Justin a effectué un travail incroyable », a-t-il confié à Tennis.Life.

Le All-England Club a déjà annoncé que Gimelstob ne serait pas invité aux activités de Wimbledon cette année et qu’il ne serait pas autorisé à s’assoir dans la loge royale. Gimelstob a pris part au double invitation chaque année depuis 2010.

Gimelstob a été accusé d’avoir agressé son ami Randall Kaplan lors d’un incident bizarre à l’Halloween, l’an dernier.

Tennis Channel, qui fait appel à Gimelstob en tant qu’analyste, a déclaré qu’il allait « discuter de son avenir » avec le réseau.

Le rêve ambitieux est qu’un jour, les Finales de l’ATP soient considérées comme le plus important tournoi en dehors des Grands Chelems. Ou même comme le cinquième Grand Chelem.

Maintenant, le circuit espère que le fait de déménager le tournoi de Londres à Turin, en Italie, à partir de 2021, sera le catalyseur qui lui permettra d’atteindre ce statut tant convoité.

Chris Kermode, le patron de l’ATP, a annoncé le changement mercredi, Turin devançant Londres, Manchester, Singapour et Tokyo. Milan accueille déjà les Finales Next Gen et les deux villes italiennes sont dans la course pour organiser les Jeux olympiques d’été de 2026.

« L’Italie est un des marchés du tennis les plus forts et les mieux établis d’Europe et a fait ses preuves dans l’organisation de tournois de tennis de classe mondiale », affirmait Kermode.

Londres accueille les Finales de L’ATP depuis 2009. Turin prendra la relève jusqu’en 2025.

Après le triomphe de Fabio Fognini à Monte-Carlo le week-end dernier et la présentation de l’Open d’Italie dans quelques semaines, le moment ne pouvait être mieux choisi pour annoncer le déménagement des Finales de l’ATP.

« C’est un très bon moment pour le tennis italien. Nous aurons le plus important tournoi de l’année ici, en Italie », se réjouissait Fognini. « J’ai participé aux Finales de l’ATP en double [en 2015] et tut le monde est content d’y être. Je suis heureux que notre pays ait la chance d’améliorer ce qui est déjà le meilleur tournoi de l’année. »

La Coupe Davis sera disputée sous un nouveau format à Madrid, en novembre, ce qui, avec les Finales de l’ATP et de la Next Gen, fera de ce mois un point beaucoup plus central de la saison de tennis.

Les Canadiens ne devraient pas s’étonner sur le stade qui sera utilisé à Turin pour les Finales de l’ATP leur semble un peu familier. À l’époque, il s’appelait le Palasport Olimpico et a été construit et utilisé pour le hockey sur glace lors des Jeux olympiques de 2006. L’équipe canadienne féminine y a remporté l’or contre la Suède. L’enceinte s’appelle maintenant le Pala Alpitour et peut recevoir 15 000 personnes pour le tennis.

Les Finales de l’ATP est le tournoi de fin de saison réunissant les huit meilleurs joueurs de simple et les huit meilleures équipes de double. L’an dernier, Alexander Zverev a conquis les grands honneurs du simple, tandis que Mike Bryan et Jack Sock ont été sacrés champions du double.

Le Canadien Milos Raonic s’est qualifié pour cette compétition en 2014 et en 2016.

Tags