Je me souviens : Ana Ivanovic, nouvelle enfant chérie

jeudi, 20 Juin

C’est au tour du parcours cendrillon d’Ana Ivanovic de refaire surface parmi les moments les plus marquants des 40 dernières années. Sortie de l’ombre en 2006 alors que, contre toute attente, elle était parvenue à décrocher les grands honneurs, elle a su charmer les Montréalais.

Malgré son 19e rang mondial, la Serbe de 18 ans était presque inconnue à sa première présence à Montréal. Elle a cependant rapidement su comment conquérir le cœur des amateurs en route vers son premier sacre dans une épreuve de telle importance.

La tâche n’a pas été de tout repos, car la jeune joueuse avait dû affronter six rivales du Top 30, notamment trois têtes de série à ses trois derniers matchs.

Ne concédant qu’une seule manche en route vers sa consécration, elle avait été d’autant plus impressionnante en finale, alors qu’elle avait pris la mesure de Martina Hingis, 12e raquette mondiale, en des comptes de 6-2 et 6-3.

Multipliant les coups de canon, Ivanovic n’avait eu besoin que de 58 minutes pour se départir de son ultime adversaire. « J’étais un peu nerveuse au début du match, mais j’ai réussi à imposer mon jeu contre une formidable joueuse. Quand j’étais junior, je l’ai vue (Hingis) à la télévision gagner des tournois du Grand Chelem. Ceci est une étape importante pour moi, je viens de franchir un grand pas vers l’avant », avait-elle confié à la suite de sa victoire.

Ironiquement, la Suissesse avait d’ailleurs déclaré en début de tournoi que la jeune Serbe était une sérieuse prétendante au titre. Elle avait visé juste.

Deux ans plus tard, en 2008, la Serbe a été couronnée championne de Roland-Garros et s’est par la suite hissée au sommet du classement mondial.  Nous avions donc eu la chance d’assister au tout début de son ascension.

Depuis, Ivanovic a toujours été une des enfants chéries du public québécois et elle lui a bien rendu la pareille quelques années plus tard lorsqu’elle s’est présentée en conférence de presse vêtue d’un chandail faisant mention de l’amour qu’elle portait pour la ville et les amateurs.

C’est en 2016, à l’âge de 29 ans, qu’Ana a décidé de se retirer du tennis, des blessures l’empêchant d’évoluer à son meilleur niveau.

Tags