10 moments marquants de la dernière décennie à la Coupe Rogers

samedi, 28 Déc

Photo : Pascal Ratthé / Tennis Canada

Qui dit fin de l’année 2019, dit fin de la décennie. Parmi les nombreux moments marquants à la Coupe Rogers, nous avons décidé de vous faire revivre les dix qui nous auront le plus touchés. Êtes-vous d’accord avec nous ?

2010 – Wozniacki séduit les Montréalais

En 2010, à Montréal, Caroline Wozniacki, deuxième raquette mondiale, a hérité d’un tableau plutôt complexe. En effet, avant de mettre la main sur le trophée, la Danoise de 20 ans a dû signer quatre gains aux dépens de joueuses du Top 20.

Lors du match ultime, Caroline a aisément disposé de Vera Zvonareva, 11e à l’époque, en des comptes de 6-3 et 6-2, décrochant ainsi le plus important titre de sa jeune carrière. « Merci d’avoir patienté malgré la pluie pour voir mes matchs ! Les partisans de Montréal sont les meilleurs ! », s’était exclamée la championne. Ce fut là le début de l’histoire d’amour entre la Danoise et les amateurs de Montréal.  

2011 – Djoko le Djoker

Plus grand que nature, Novak Djokovic s’est présenté à Montréal en 2011 avec huit titres en poche depuis le début de la saison, notamment deux de Grands Chelems, et une seule défaite à son actif. Il a poursuivi sa domination dans la métropole en ajoutant un neuvième trophée à sa récolte de l’année grâce à une victoire de 6-3, 3-6 et 6-4 face à Mardy Fish. Ce ne sont toutefois pas seulement ses prestations sur le terrain qui ont retenu l’attention…

Avouez-le, vous ne pouvez pas vous empêcher de rire chaque fois que vous regardez la vidéo, n’est-ce pas ? Nous non plus !

2012 – L’année d’Aleks

Alors 55e sur l’échiquier mondial, Aleksandra Wozniak avait obtenu un laissez-passer pour le tableau principal et l’avait utilisé à bon escient.  

Éliminant coup sur coup Daniela Hantuchova, Jelena Jankovic (13), Christina McHale et livrant une chaude lutte à Wozniacki (7), avant de s’incliner 6-4, 6-4 en quarts de finale, la Québécoise avait fait vibrer de fierté les Montréalais. Ils ont d’ailleurs pu lui rendre hommage en 2019 alors qu’elle était intronisée au Temple de la renommée de la Coupe Rogers.  

2013 – Pospisil au carré d’as

Après avoir indiqué la sortie à John Isner et à Radek Stepanek, Vasek Pospsil avait la lourde tâche d’affronter la 6e raquette mondiale, Tomas Berdych. Sur un Court Banque Nationale plein à craquer, les « olé, olé, olé » du Centre Bell ont commencé à se faire entendre en fin de match. C’est signe que quelque chose de spécial se passait.

Quelques minutes plus tard, le Canadien éliminait Berdych par la marque de 7-5, 2-6, 7-6(5) sous les acclamations des Montréalais.

Vasek a ensuite profité de l’abandon de Davydenko pour se joindre à son compatriote Milos Raonic en demi-finale. Pour la première fois en 23 ans, deux Canadiens s’affrontaient au carré d’as d’une épreuve de l’ATP Tour. Quelle année !

2014 – Les sœurs Williams en ville

Alors que Serena en était à une première présence à Montréal en 14 ans et que Venus mettait les pieds dans la métropole pour la toute première fois, les amateurs de tennis ont été doublement gâtés par le duel des deux sœurs en demi-finale, le 25affrontement de leur carrière.  

Même si Serena possédait une fiche gagnante contre sa sœur, c’est Venus qui s’est sauvée avec la victoire.

On espère pouvoir assister à un autre de leur duel avant leur retraite !

2015 – Une finale historique

Pour la première fois depuis 1995, le public montréalais a pu voir les deux premières têtes de série s’affronter en finale de la Coupe Rogers, soit Andy Murray et Djokovic.  

Après avoir subi quatre défaites aux mains du Serbe depuis le début de la saison, Murray est parvenu à prendre sa revanche en arrachant un gain de 6-4, 4-6 et 6-3 pour conquérir son troisième titre de l’épreuve canadienne.

Seuls quatre autres joueurs avaient réussi le tour du chapeau avant lui : Djokovic, Rafael Nadal, Andre Agassi et Ivan Lendl. Bravo !

2016 – La folie Eugenie

Eugenie Bouchard, qui était de retour à Montréal après une Coupe Rogers en deçà des attentes en 2014, n’a pas déçu ses partisans. La Québécoise, qui occupait le 42e rang mondial, a amorcé son parcours en en éliminant Lucie Safarova, 28e, pour ensuite prendre la mesure de Dominika Cibulkova, 11e tête de série, en deux petites manches de 6-2 et 6-0, sur un Court central plein à craquer.

Portée par la foule, Eugenie avait bien tenté de poursuivre sur sa lancée, mais était finalement tombée aux mains de Kristina Kucova en huitième de finale.

2017 – Le conte de fées de Shapo

Inutile de tout vous raconter en détail, vous ne l’avez assurément pas oublié !

Après avoir atteint les huitièmes de finale grâce à de belles victoires contre Rogerio Dutra Silva et Juan Martin del Potro, le Canadien de 17 ans avait la lourde tâche d’affronter la deuxième raquette mondiale, Rafael Nadal. Vous connaissez la suite.

Après avoir échappé le premier acte 6-3, le jeune Canadien s’était laissé porter par l’énergie de la foule pour mettre la main sur les deux dernières 6-4 et 7-6 grâce à des nerfs d’acier, de la ténacité et de la fougue.

Il venait de soulever le stade, littéralement.

2018 – Le match de l’année

Dans une reprise de la finale de Roland-Garros, les première et troisième joueuses du monde, Simona Halep et Sloane Stephens, ont croisé le fer sur le Court central pour le match ultime de la Coupe Rogers.  

Le duel a été fertile en rebondissements, alors que 15 bris de service ont été enregistrés en 32 jeux, tenant les spectateurs en haleine sous un soleil plombant pendant près de 3 h avant que Simona signe un triomphe en des comptes de 7-6(6), 3-6 et 6-4.

Quel spectacle, disons-le ! Cet affrontement avait d’ailleurs été élu meilleur match de l’année de la WTA. On a eu de la chance d’y assister !

2019 – Félix à la maison

Les Montréalais étaient fébriles à l’idée d’accueillir Félix Auger-Aliassime pour la première fois au Stade IGA, surtout que le jeune Canadien connaissait une magnifique saison.   

Le tableau n’avait pas été tendre envers Félix qui avait dû affronter d’entrée son compatriote Vasek Pospisil avant de se mesurer à Milos Raonic au deuxième tour. À une manche partout, une blessure a forcé Milos à l’abandon, ouvrant ainsi la porte à Félix pour les huitièmes de finale où la sixième tête de série, Karen Khachanov, l’attendait… le jour de son anniversaire !

Même si Félix a réussi à empocher la première manche, le Russe s’est sauvé avec la victoire. Il y en aura bien d’autres, Félix, et nous avons déjà hâte de te revoir parmi nous !

Quels moments, quelle décennie ! Voyons voir ce que la prochaine nous réserve !

Tags