Cox : Ostapenko engage l’ex-championne de Wimbledon, Marion Bartoli

samedi, 12 Oct

Photo : Pascal Ratthé / Tennis Canada

On voit qu’Andy Murray redevient Andy Murray. Le chialage réapparaît.

L’Italien Fabio Fognini s’est fait fusiller du regard lors d’un match du Masters Rolex de Shanghai cette semaine lorsque Murray l’a accusé d’avoir crié lorsqu’il tentait de faire une volée.

« Quelqu’un a fait du bruit. Je ne sais pas qui a fait du bruit », a dit Murray. « Puis (Fognini) a dit “Arrête de me regarder. Pourquoi me regardes-tu ?” » 

« Il m’a dit d’arrêter de me plaindre, d’avoir un sens de l’humour. Je voulais savoir d’où provenait le bruit et il venait de lui, ce que tu n’as pas le droit de faire. »

Durant la troisième manche, Murray a demandé à Fognini de se taire, puis a à peine effleuré la main de l’Italien lorsque Fognini a gagné le match.

« Mec, tu fais ça à tout le monde », a aboyé Murray en direction de Fognini.

La dispute se serait poursuivie dans les vestiaires du Qizhong Forest Tennis Center après le match et plusieurs joueurs en ont été témoins.

Malgré la controverse, Murray, 32 ans, était frustré par sa propre prestation alors que son retour au jeu se poursuit après son opération à la hanche. Il a deux chances de servir pour le match avant de s’incliner 7-6 (4), 2-6 et 7-6 (2).

« Même si je dis que je veux réduire mes attentes, je ne suis pas content d’avoir perdu cet affrontement », mentionnait-il. « C’est un match que j’aurais dû gagner contre un très bon joueur. J’ai évidemment fait des progrès ces dernières semaines, mais je suis vraiment déçu. »

Photo : Pascal Ratthé / Tennis Canada
L’extraordinaire saison de Coco Gauff n’est pas encore terminée.

Et elle n’a pas fini d’écrire des pages de l’histoire.

À Linz, l’Américaine de 15 ans est devenue la plus jeune joueuse depuis 2005 à atteindre les quarts de finale d’un tournoi de la WTA lorsqu’elle a éliminé Kateryna Kozlova, qui a abandonné le duel alors qu’elle tirait de l’arrière 0-2 à la troisième manche.

Gauff a accédé au tableau principal à titre de joueuse repêchée lorsque Maria Sakkari, 30e mondiale, s’est retirée en raison d’une blessure au poignet. Gauff a ensuite pris la mesure de Stefanie Voegele en deux manches.

Il s’agit du premier tournoi de Gauff depuis les Internationaux des États-Unis où elle a perdu un match inoubliable contre Naomi Osaka. Après le match, la Japonaise a consolé sa jeune rivale et la grande famille du tennis a été touchée par ce beau geste d’esprit sportif.

Gauff fait maintenant partie du Top 100, ce qui signifie qu’elle sera du tableau principal des Internationaux d’Australie, en janvier.

Photo : Patrice Bériault / Tennis Canada
Nick Kyrgios n’est plus le numéro un australien.

Alex de Minaur, 20 ans, l’a surpassé après la conquête de son troisième titre de la saison, ce qui lui a permis de se hisser au 24e échelon de l’ATP.  

À Zhuhai, de Minaur a pris la mesure d’Adrian Mannarino en deux manches sans faire face à une seule balle de bris.

« (Mannarino) est l’un des joueurs les plus difficiles à affronter, car il est très rusé », commentait de Minaur. « Je devais juste m’assurer de rester calme. »

Cette saison, de Minaur a remporté tous ses titres à l’extérieur sur surface dure. Il a également été couronné champion à Atlanta et à Sydney.

Alors que l’explosion des compétitions de tennis par équipe a clairement un impact dans le monde entier, la Coupe Hopman n’est pas encore morte.

Il semble que la compétition mixte de cette année pourrait en être à sa dernière présentation avec la nouvelle Coupe ATP qui aura lieu juste avant les Internationaux d’Australie de 2020. « Pas si vite », prévient le président de l’ITF David Haggerty.

« Notre plan est de la présenter à nouveau en 2021 », confiait Haggerty à Reuters. « Nous allons sur le marché pour voir s’il y a un intérêt et nous avons déjà eu plusieurs demandes. »

La première édition du tournoi a eu lieu en 1989. L’an dernier, Roger Federer a mené la Suisse vers la victoire, à Perth, hôte de la compétition depuis 2013.

Haggerty mentionne que la Coupe Hopman pourrait quitter l’Australie.

« Elle pourrait être organisée n’importe où et n’importe quand. »

Théoriquement, c’est bon pour le tennis. N’est-ce pas ?

L’annonce qu’une initiative de la première dame des États-Unis Melania Trump visant à construire un « pavillon » de tennis sur le terrain de la Maison-Blanche en a surpris plusieurs et a, sans surprise, suscité beaucoup de sarcasme cette semaine.

« Merci à tous ceux qui contribueront à rendez ce legs possible pour que les futures premières familles puissent en profiter pendant des années à venir », a-t-elle annoncé sur Twitter.

Les nouvelles installations sont financées par des donateurs privés. L’ancien président Barack Obama avait transformé l’ancien terrain de tennis de la Maison Blanche en terrain de basketball.

Quand FLOTUS a posé pour des photos avec une pelle dans le sol, Twitter n’a pas perdu de temps à lancer des flèches à la femme de Donald Trump, suggérant qu’elle tentait de construire un tunnel pour fuir la Maison Blanche. 

Tout le monde sait que le sport préféré du président est le golf, mais on ne sait pas vraiment si son épouse est une adepte du tennis. Le président a toutefois eu un salon privé aux Internationaux des États-Unis durant de nombreuses années.

Photo : Pascal Ratthé / Tennis Canada

Quand ça ne fonctionne pas, tu essaies n’importe quoi. Jelena Ostapenko, qui est très loin de la forme qui lui avait permis de gagner Roland-Garros en 2017, s’est tournée vers un nouvel entraîneur.

Qu’elle ait choisi Marion Bartoli, ex-championne de Wimbledon, en a surpris plusieurs. Bartoli était quelque peu excentrique sur le terrain au cours de sa carrière de joueuse et elle était entraînée par son père.

Mais à Linz, elle était aux côtés d’Ostapenko.

« Nous sommes de bonnes amies », expliquait Ostapenko. « Nous avons décidé d’essayer cela cette semaine. »

Ostapenko a chuté au 72e rang et possédait une fiche de 19 victoires et 26 défaites avant le tournoi de Linz.

« Quand je travaillais comme commentatrice, elle me posait parfois des questions sur des joueuses », mentionnait Bartoli. « Nous avons le même style de jeu, c’est facile pour moi de comprendre comment elle joue. »

Bartoli a pris sa retraite en 2013 et a tenté d’effectuer un retour la saison dernière avant de rapidement abandonner cette idée.

Mots-clés