La Coupe Rogers, un tournoi au cachet particulier selon nos artistes

mardi, 26 Juil

Jean-Thomas Jobin et Jean-Michel Dufaux sont des habitués de la Coupe Rogers, eux à qui le tournoi fait appel depuis plusieurs années pour participer à divers matchs de célébrités.

Selon Dufaux, qui est entre autres animateur et chroniqueur à la télévision, la raison est fort simple, surtout concernant Jobin : son collègue humoriste est tout un joueur de tennis.

« Il ne le dira pas, mais dans la communauté artistique, selon moi les deux gros joueurs sont Jean-Thomas et Alexandre Barette », a évoqué Dufaux à la blague, rencontré dimanche à la suite de la victoire de son équipe au match des célébrités.
Mais Jobin, dans toute son humilité, a tenu à remettre les pendules à l’heure.

CoPw8ilW8AA_hqm

« Alexandre a fait de la compétition, il a déjà été classé 10e au Québec. Moi, j’ai été classé entre le 2800e et le 2900e rang à peu près », a rigolé Jobin, lui aussi membre de l’équipe du porte-parole du tournoi, le comédien Éric Bruneau. « Je suis plutôt un joueur de parc, mais qui joue quand même pas mal. Un joueur de parc tannant. »

Jobin se souvient encore de la première Coupe Rogers à laquelle il avait assisté comme spectateur, au début des années 2000.

« J’étais venu avec mon père il y a environ 10 ans, s’est-il rappelé. Il adore le tennis et est un grand fan de [Roger] Federer. J’avais réussi à trouver des billets et il était vraiment content. Je me souviens, Federer avait gagné 6-4, 6-1. Mon père était parti sourire aux lèvres et je me suis dit que j’avais fait un papa heureux.

« De mon côté, j’aime beaucoup Rafael Nadal. Il est toujours blessé, mais j’aime sa compétitivité, sa hargne à chaque point. »

« Moi, c’est Jean-Thomas mon joueur préféré, a rétorqué Dufaux. Il a un beau style qui ressemble un peu à celui de Federer, je trouve… »

Blagues à part, les deux membres de la communauté artistique québécoise n’avaient que de bons mots pour la Coupe Rogers, qu’ils considèrent comme un des faits saillants de l’été montréalais.

« Je pense qu’à Montréal, on est beaucoup dans les évènements saisonniers, ponctuels », a soulevé Jobin pour tenter d’expliquer la popularité du tournoi. « Ça fait comme un happening et c’est bien organisé. »

« Le stade est très bien aussi, a quant à lui mentionné Dufaux. Le tournoi coïncide avec le cœur de l’été et c’est un très bel évènement. »

CoPw8ikWAAAN3z5

Mots-clés