Malgré une Coupe Rogers 2019 de rêve, on peut toujours faire mieux, selon Eugène Lapierre

lundi, 12 Août

Photo : Sara-Jade Champagne / Tennis Canada

L’édition 2019 de la Coupe Rogers présentée par Banque Nationale a beau avoir battu des records d’assistance, vu un de ses enfants prodiges attirer les foules à lui seul et donné lieu à une finale entre une légende du tennis et un des meilleurs espoirs du sport, Eugène Lapierre, directeur du tournoi, croit qu’il est toujours possible d’apporter quelques corrections.

« En 2019, on a amélioré les conditions des joueurs », a d’abord soulevé monsieur Lapierre, dimanche, lors de son bilan de fin de tournoi. « On a agrandi le gym par exemple. Pour les joueurs, c’est très simple ; ils veulent bien manger, bien dormir, et être capables de bien se préparer pour leurs matchs. […] On a aussi offert aux demi-finalistes un jet pour qu’ils puissent se rendre à Cincinnati le soir même puisque c’est très compliqué de partir d’ici, ils auraient perdu une journée sinon. »

Monsieur Lapierre et son équipe se sont aussi assurés de bonifier toute l’expérience restauration pour les spectateurs.

« On a beaucoup amélioré tout le côté restauration avec plus de points de services, des camions de rue, plus de bars pour les rafraîchissements et plus de zones d’ombrage. On a également un peu amélioré la logistique du côté du stationnement. En fait, on est toujours en train de prendre des notes. »

« Encore ce matin, avec mon équipe on faisait le tour du site avec un calepin. Même si les gens adorent le site — je me le suis fait dire toute la semaine — de notre côté, on voit juste les petites choses qui clochent. Alors on prend des notes afin de pouvoir faire encore mieux l’année prochaine. »

Entre un premier week-end extrêmement populaire, un 40e anniversaire qui a amené son lot de célébrations et un Rafael Nadal en grande forme qui a soulevé son cinquième titre à la Coupe Rogers, M. Lapierre a surtout retenu la présence marquée des Canadiens au tournoi — ils étaient six au tableau principal.

« Il se passe toujours plein de choses pendant un tournoi, on en a encore eu la preuve cette année. Mais l’histoire était quand même autour des joueurs canadiens jusqu’à jeudi. Même après les avoir vus se retrouver dans les quatre mêmes lignes du tableau, on a vu qu’il y avait énormément de potentiel et qu’on a plusieurs belles années devant nous. »

Pour M. Lapierre, ce qui compte le plus c’est que les joueurs et les spectateurs soient contents. Et à la lumière des bons retours des amateurs et de l’Association des professionnels du tennis (ATP) jusqu’à maintenant, il peut dire qu’il a réussi son pari. « Les grands gagnants, ce sont les amateurs montréalais. L’ambiance qu’il y a eu sur le site toute la semaine, ç’a été remarquable à compter du premier vendredi quand les joueurs se sont amenés pour s’entraîner. Et ça s’est poursuivi lors du week-end des qualifications, puis lors de chacune des séances. On nous dit à l’occasion que c’est un peu ce qui nous démarque sur le circuit. J’écoutais tout à l’heure le rapport du superviseur de l’ATP sur le tournoi et ce n’est que du positif. Il était surtout impressionné de voir que lors du dimanche des qualifications, la file allait jusqu’à la rue. Je pense que les joueurs se sentent appréciés et ça compte pour beaucoup. »

Mots-clés